Nouvelles

Ralentir le vieillissement

Ralentir le vieillissement humain : Sommes-nous prêt?

C’est la question posée récemment par groupe de 30 chercheurs spécialisés dans le domaine du vieillissement, à la suite d’un congrès international tenu en Italie en octobre 2014 (Longo et al, 2015).

Dans un article scientifique publié en janvier 2015, ce groupe de chercheurs de haut niveau confirme qu’il y a suffisamment d’évidence scientifique pour affirmer qu’il est possible de ralentir le vieillissement humain. Ces experts du vieillissement, biologistes et généticiens, mentionnent qu’en ralentissant les processus du vieillissement, il sera possible de retarder ou de diminuer l’incidence des maladies associées afin de vivre en santé plus longtemps.

Il s’agit du premier article scientifique affirmant qu’il est possible de retarder le vieillissement humain. Les principales voies métaboliques pouvant être ciblées sont mentionnées, de même que quelques molécules et approches nutritionnelles en évaluation. Il est intéressant de rappeler que la première observation qu’il était possible de ralentir les processus du vieillissement fut réalisée en 1935.

Il fut observé qu’une modification de l’alimentation chez les rongeurs permet d’augmenter de 30 à 50% leur espérance de vie (McCay and Maynard, 1935). C’est cette observation qui a permis les avancés les plus importantes du vingtième siècle en matière de compréhension des processus et des voies métaboliques associées au vieillissement. En réduisant l’apport en calories de 30%, sans réduire l’apport en vitamines, minéraux et éléments essentiels, il est possible d’augmenter la durée de vie chez les rats de 30 à 50%. C’est ce que l’on appelle la restriction calorique.

Ce que l’on sait aujourd’hui, c’est que des molécules naturelles pourraient avoir les mêmes propriétés antivieillissements et permettre de reproduire les effets bénéfiques de la restriction calorique.

Voir l’article scientifique complet : www.ncbi.nlm.nih.gov

Plus de nouvelles