Nouvelles

plantes et fontaine jouvence

Les plantes et l’origine de la fontaine de jouvence

Un article scientifique récent, publié dans la revue ‘’Molecules’’, fait une revue des différentes molécules naturelles connues qui pourraient permettre de freiner les processus du vieillissement ou encore, d’augmenter notre résistance face à celui-ci (‘’Longevity Extension by Phytochemicals’’).

Ces molécules de différentes origines agissent sur des voies métaboliques qui permettent par exemple d’augmentater les processus de réparation cellulaire, la réparation de l’ADN, les défenses naturelles contre l’oxydation, etc. Ce qui est des plus intéressants, c’est que l’auteur explique pourquoi ces molécules naturelles d’origine végétale pourraient avoir des effets bénéfiques sur les mécanismes biologiques du vieillissement.

Les plantes ont développé des mécanismes de résistance qui sont inductibles selon les conditions du milieu. Elles se doivent d’être particulièrement résistantes, puisqu’elles ne peuvent se déplacer. Cela veut dire, par exemple, qu’une plante peut augmenter ses capacités de résister aux rayons ultraviolets, si son exposition à la lumière du soleil augmente. Pas besoin de crème solaire.

De la même façon, elle pourra produire différentes molécules pour se protéger de la chaleur, des insectes, des moisissures, etc. Ces molécules induites, sont produites en faible quantité afin de stimuler les mécanismes naturels de maintenance et de réparation et permettre ainsi à la plante de survivre.

Certains de ces mécanismes auraient été conservés au court de l’évolution. C’est ce qui permettrait à un mammifère qui consommerait cette plante, de bénéficier d’un effet de stimulation de ses mécanismes de maintenance et de réparation. Certaines plantes pourraient ainsi produire des molécules capables de retarder les processus de vieillissement, ou du moins, d’augmenter nos défenses contre celui-ci.

Consulter  l’article scientifique : www.mdpi.com

Plus de nouvelles