Nous avons parlé dernièrement des effets de la qualité de l’alimentation sur la dépression en présentant les résultats d’une étude récente (http://vitoli.ca/lamelioration-de-lalimentation-pour-garder-un-esprit-sain/). Bien voici qu’une autre étude vient souligner de façon plus générale l’importance de la saine alimentation sur la santé mentale et plus précisément, des légumes et fruits non transformés (Kate L. Brookie et al, 2018. Intake of Raw Fruits and Vegetables Is Associated With Better Mental Health Than Intake of Processed Fruits and Vegetables. Frontiers in Psychology).

L’étude fut réalisée avec 400 jeunes adultes de 18 à 25 ans. Il s’agit d’un sous-groupe de la population qui normalement consomme peu de fruits et légumes crus et ont un risque élevé de problèmes de santé mentale. Ce groupe fut entièrement documenté en ce qui a trait à leur consommation de fruits et légumes crus ou transformés, mais aussi pour l’ensemble de leurs habitudes de vie et leurs caractéristiques positives ou négatives de santé mentale. Entre autres, l’étude a considéré leur niveau d’activité physique, la consommation d’aliments non bénéfiques pour la santé, leur statut sociaux économique, l’ethnicité et leur sexe.

En considérant l’ensemble de ces variables, le niveau de consommation de fruits et légumes non transformés permet de prédire un risque plus faible de problèmes de santé mentale (comme la dépression), mais aussi une amélioration des caractéristiques positives comme la tendance aux pensées positives, la satisfaction personnelle envers la vie et leur état d’épanouissement. Ces bénéfices sont significativement réduits lorsque les fruits et légumes sont cuits, en canne ou transformés.

Une étude italienne avait déjà démontré, en 2007, une association claire entre la consommation de légumes crus et d’huile d’olive et la réduction des risques de mortalité (Masala et al, 2007 : A dietary pattern rich in olive oil and raw vegetables is associated with lower mortality in Italian elderly subjects). Cette étude a porté sur 5611 personnes de plus de 60 ans qui ont été suivis sur une période de 6 ans. Elle révèle une réduction de 50% des risques de mortalité en lien avec la consommation de légumes crus, d’huile d’olive, de soupes et de volaille (le lien avec la consommation de volaille souligne possiblement une plus faible consommation des autres types de viande comme la viande rouge).

La consommation de fruits et légume crus est ainsi au premier plan des impacts positifs de l’alimentation sur notre santé. Mangez-en beaucoup et mangez les crus de préférence, pour votre santé cognitive, la réduction des risques de maladies et donc, votre qualité de vie.