En ce mois du cancer de la prostate, prenons quelques minutes pour parler de la santé des hommes en vieillissant. Nous ne reviendrons pas en détails sur la santé de la prostate, puisque cela fut déjà couvert dans un article récent.

On considère souvent que les hommes n’ont pas d’équivalent de la ménopause. C’est vrai, ce n’est pas équivalent et les hommes ont beaucoup moins de symptômes reliés aux changements hormonaux du vieillissement. Ces changements sont moins prononcés et très progressifs. Peut-on parler d’andropause ? Pour certains hommes oui, mais le terme est mal choisi. On parle d’andropause comme on parle de ménopause pour les femmes, mais il n’existe pas de processus physiologique chez l’homme qui provoque un changement drastique et obligatoire de la production hormonale, comme c’est le cas pour la femme (la fin de production des ovules). On devrait parler plutôt de déficit en testostérone lié à l’âge (DALA). Certains hommes atteindront même un âge avancé avec un taux de testostérone élevé. Mais qu’est-ce qui provoque les changements hormonaux des hommes ?

La robustesse pour la défense de l’espèce
Une théorie intéressante sur la différence de longévité entre les hommes et les femmes est basée sur le rôle de l’homme comme protecteur de la famille. Il est plus fort, plus corpulent et joue un rôle de défenseur (du moins dans l’évolution humaine, à l’époque des hommes des cavernes). Le développement plus rapide et plus important de la masse musculaire demande des niveaux plus importants d’hormones de croissance et la présence de la testostérone. Étant donné que ce sont ces mêmes mécanismes de la croissance qui créent le vieillissement primaire plus tard dans notre vie, l’homme vieillirait légèrement plus rapidement. C’est ce qui expliquerait une espérance de vie de quelques années de moins que celle des femmes.

Ce développement de la masse musculaire, qui demande la production de la testostérone, serait aussi nécessaire à son maintien en vieillissant. Les hommes doivent donc continuer à stimuler la production de la masse musculaire pour maintenir les niveaux de production de la testostérone. Des études ont montré que les exercices d’entrainement par intervalle de haute intensité (des exercices exigeants physiquement, sur de courtes périodes répétées), augmentent la production de la testostérone.

La perte musculaire
Ainsi, en combattant la perte musculaire par de l’activité physique contre résistance, il est possible d’augmenter la production de la testostérone, qui elle favorise la production de masse musculaire. Une méta-analyse récente (étude basée sur plusieurs études déjà publiées) conclue que dans 79% des études, l’activité physique permet d’augmenter la masse musculaire chez les gens de 65 ans et plus (Beaudart et al, 2017). Pour la santé des hommes, la stimulation de la croissance musculaire serait très importante au maintien des équilibres hormonaux.

Forcer, se reproduire et se reposer
Je me plais à rappeler, quand quelqu’un me parle de prendre sa retraite, qu’une des grandes lois de la biologie est que ce qui ne sert plus disparaît. Pour l’homme, un manque de stimulation du besoin de testostérone crée une baisse de production. Deux grands processus requièrent la présence de la testostérone : la masse musculaire et la reproduction. Il est donc important de stimuler la production de masse musculaire et de rester actif sexuellement (ce qui réduit aussi les risques de cancer de la prostate).

Un dernier point important à considérer pour les équilibres hormonaux est la qualité du sommeil. C’est vrai autant pour la femme que pour l’homme. Les cycles du sommeil permettent à l’organisme de synchroniser l’ensemble des processus biologiques de réparation et de production hormonale. C’est ce que l’on appelle le cycle circadien.

Ainsi mesdames, faites-les forcer, gardez-les actifs sexuellement et laissez-les dormir.

 

 

 

Références
Beaudart et al, 2017. Nutrition and physical activity in the prevention and treatment of sarcopenia: systematic review. Osteoporos Int. 2017 Jun;28(6):1817-1833.
Hayes et al, 2017. Exercise training improves free testosterone in lifelong sedentary aging men. Endocr Connect. 2017 Jul;6(5):306-310.
Herbert et al, 2017. HIIT produces increases in muscle power and free testosterone in male masters athletes. Endocr Connect. 2017 Aug 9;6(7):430-436.